Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Pourquoi ce blog ?

Cet ensemble de textes a été conçu à la demande de lecteurs de la revue en ligne Automates-Intelligents souhaitant disposer de quelques repères pour mieux appréhender le domaine de ce que l’on nomme de plus en plus souvent les "sciences de la complexité"... lire la suite

Recherche

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 20:19

Alain Cardon, professeur des Universités en Informatique

Mai 2015

Les recherches actuelles d'Alain Cardon s'inscrivent dans un mouvement, encore peu connu, permettant de faire des synthèses entre l'évolution récente des diverses sciences physiques et biologiques, évolution dont notre site s'est fait l'écho depuis sa création. Nul n'avait jusqu'à une époque
très récente, entrepris d'exprimer ces synthèses d'une façon aussi explicite que celle présentée dans cet article.

NB: L'image (source CNRS) n'a pas de rapport obligé avec le contenu de l'article.
Automates Intelligents. 06/05/2015


On peut chercher à préciser la raison de l’existence du vivant organisé formé avec des composants physiques élémentaires en adoptant une approche résolument systémique. Il faut considérer le vivant comme une organisation générale, unifiée sur la Terre comme une très vaste organisation complexe et qui suit une tendance à se déployer en étant évolutive. Cette tendance qui organise le vivant en le faisant évoluer ne peut pas venir du seul hasard, ce qui est trop improbable, mais de l’exercice d’une force tendancielle qui s’exerce systématiquement, une force informationnelle générale s’exerçant sur la matière pour la faire se conformer en organisations et en organismes, des organismes avec membranes qui se multiplient et évoluent pour déployer continuellement la complexité du vivant quand le contexte physique planétaire est favorable.

Le vivant pluricellulaire a, sur la Terre, six-cent-cinquante millions d’années et s’est développé à partir d’une organisation de monocellulaires avec membranes qui avait, elle, plus de trois milliards d’années. Ce vivant qui s’est déployé partout sur la Terre est un système global composé de multiples systèmes en interactions, système déployé sous de multiples formes très organisées que sont les espèces et leurs représentants. Il faut appréhender ce vivant comme un méta-organisme composé d’organisations d’organismes, comme un système unifié fait de multiples systèmes. Le vivant a une origine, une évolution et il doit avoir une raison à pouvoir se déployer sous cette forme extraordinairement variée et si cohérente. Il a une réalité de méta-organisme qui se déploie à une échelle de temps très supérieure à celle de tous les organismes qui le composent, à l’échelle temporelle de la planète. Ce vivant, qui doit être considéré comme une organisation globale unifiée, a donc une origine, un déploiement et une existence propre réifiée par l’organisation des multiples organismes qu’il a fabriqué et qu’il fait se multiplier.

Je pose l’hypothèse que tous ces organismes qui composent le vivant sont soumis à une communication informationnelle incitatrice, information émise sur l’étendue de ce vivant global pour faire déployer ses organismes dans l’espace et le temps de la planète qu’il occupe. Ce type d’information directionnelle, qui a fait être la vie et son évolution sur Terre, s’exerce sur les organismes vivants et se représente comme une force incitatrice, une force organisationnelle s’exerçant à certains moments dans la reproduction de ces organismes pour faire se réaliser une évolution systématique. C’est une force incitatrice qui tend à ce que des modifications organisationnelles se réalisent dans des directions opportunes et pas de manière totalement aléatoire. On peut concevoir que cette force à fait que le vivant a évolué systématiquement en s’organisant pour investir la mer, l’air et la terre, c’est-à-dire tout l’espace disponible lorsque celui-ci a été rendu viable il y a six-cent-cinquante millions d’années par la fonte de la couche de glace qui enserrait la Terre, ce qui a produit massivement de l’oxygène.

Je pose que cette force est émise à un niveau qui se situe sous l’échelle du réel physique de ces organismes, à un niveau substrat du monde matériel et qui incite à son organisation. On doit, là, être précis. Un méta-organisme qui se forme et se reconforme sans cesse en incitant le déploiement de tous les organismes dans toutes les directions viables possibles pour investir l’espace entier d’une planète, est un méta-organisme obéissant à une force organisationnelle qui conduit la matière du réel physique à s’utiliser de façon maximale et pour se déployer sur lui-même en se consommant. C’est une force incitatrice qui est dans le substrat de la matérialité du réel observable, qui incite aux développements, aux déploiements, qui part sans cesse de l’état courant pour l’amplifier dans l’organisation des possibles. Ce n’est absolument pas une force avec un but explicite, une finalité, mais c’est une force opportuniste qui s’applique continûment et qui incite systématiquement le réel au développement de déploiements organisés. Ainsi, les espèces en ont créées d’autres par opportunité, lorsque le contexte des organismes vivants locaux permettait cette extension dans les reproductions, et elles se sont aussi développées sur elles-mêmes en développant leurs organes et leurs organisations. Cela donne aujourd’hui un vivant avec des espèces très belles, très harmonieuses et équilibrées entre elles pour vivre leur petite vie.

Au niveau quantique

Je vais aller plus loin en posant l’hypothèse que cette force s’exerce au niveau substrat de la matière dans tout l’univers, au niveau quantique donc, et qu’elle donne les indications des comportements possibles selon leurs lois physiques à toutes les particules, pour qu’elles passent à l’état organisationnel du réel que nous observons, qu’elle donne l’information comportementale possible à tout ce qui peut se structurer et s’organiser. Je pose donc l’hypothèse d’un substrat informationnel sous le réel observable, hypothèse qui est aujourd’hui posée par certains grands scientifiques [Seth Lloyd, Lee Smolin]. Ce substrat pourrait être constitué de processus strictement informationnels, formant une nappe partout dense, et indiquant les lois comportementales aux particules quantiques selon leurs états, aux atomes, aux molécules, aux amas matériels, aux organismes, au vivant.

Tous ces éléments matériels sont soumis aux effets de cette information conductrice qui peut être, à un certain niveau, modificatrice, ce qui sera le cas du domaine du vivant. Je pose donc l’hypothèse constructiviste et systémique que tout notre univers matériel repose sur l’activité continue et partout dense d’un certain type de flux informationnel organisateur, qui réalise son existence et son expansion. Ce flux informationnel serait produit par une nappe informationnelle, avec une topologie particulière, qui est le substrat du réel physique, qui permet à celui-ci de se comporter en l’utilisant. Ce flux serait la force organisationnelle indicatrice du comportement physique des éléments de l’univers à tous ses niveaux. Cette force est posée comme unidirectionnelle, elle s’exerce du substrat informationnel vers les éléments physiques qu’elle incite à se comporter et en aucun cas elle ne peut aller des éléments physiques vers ce substrat informationnel. C’est la tendance générale à déployer sous forme organisée le réel de l’univers dans l’espace et le temps. Mais ce n’est qu’une tendance disponible et incitatrice et les autres lois de la physique, comme la gravité, opèrent systématiquement.

Je pose donc l’hypothèse que le vivant organisé sur la Terre est soumis à cette force organisationnelle indicatrice, qui est partout disponible, qui a incité à sa création et à son développement, force qui s’est exercée et qui s’exerce toujours comme la force incitatrice qui fait être ce vivant comme un système global ayant une autonomie comportementale, qui est constitué de multiples organismes qui s’organisent sans cesse entre eux. Cette force opère à une échelle informationnelle qui n’est pas directement conductrice au niveau des organismes, mais qui est bien incitatrice.

Le substrat de l’univers

L’univers est une couche déployée formant un espace spatio-temporel pour la matière sur un substrat purement informationnel partout dense constitué de processus informationnels. L’univers est donc un espace à 5 dimensions : trois d’espace, une de temps et une d’information. Ce substrat informationnel exerce son action à toutes les échelles, il conduit directement le comportement des particules isolées, il incite les éléments proches à se structurer, il incite les éléments structurés à s’organiser pour aller plus loin par l’autonomie comportementale, jusqu’au vivant organisé.

La force organisationnelle

C’est une force exercée par le substrat informationnel sur toute la matière de l’univers, sur chaque particule quantique pour qu’elle se comporte selon les lois de la physique, sur chaque atome pour qu’il se structure avec d’autres pour former les molécules et sur chaque élément matériel structuré pour qu’il s’organise avec d’autres, permettant ainsi de conduire la matière structurée à former continuellement des organisations, jusqu’à la vie et son évolution globalement organisée partout où c’est possible. Cette force s’exerce sur les organisations matérielles de trois façons : elle peut inciter à poursuivre leur organisation dans la continuité, elle peut inciter leur organisation à réaliser des bifurcations, elle peut tendre à laisser les choix d’organisation se faire par la matière organisée elle-même, en suivant les lois de la physique.

L’hypothèse de l’existence de cette force fondamentale permet donc de donner une raison scientifique à l’existence de notre univers observable et tend à contrebalancer la théorie usuelle de l’évolution du vivant par un pur hasard ou une raison immanente. La force organisationnelle opère dans l’univers à deux niveaux. D’une part, elle incite la matière à s’organiser selon les états de ses éléments pour y former des organismes dans l’espace physique de toute planète viable, en créant de nouvelles organisations vivantes, en les diversifiant pour submerger tout l’espace physique disponible où ces organismes partagent la même ligne d’univers (voir en relativité générale la définition d’une ligne d’univers). D’autre part, elle s’exerce comme une force informationnelle sur les constituants élémentaires, au niveau quantique pour en préciser les lois d’actions et la cohérence ainsi que sur les atomes et molécules.

C’est bien ce que précisait M. Lachièze-Ray sur l’existence d’un vide informationnel [Entre rien et quelque chose : les paradoxes du vide, article de Lachièze-Ray p. 134-144, in Le vide, univers du tout et du rien, Revue de l’Université de Bruxelles, 1997]. Nous préciserons dans un autre article les caractères de cette force qui pose l’existence d’un système générateur d’informations au-dessous du niveau des particules quantiques, qui explique l’intrication, qui fait exister toutes les particules selon leurs lois précises et qui immerge ainsi tout ce qui est réel et structuré dans l’univers. Cette force est fondée sur un calculable très particulier qui n’est pas du tout celui que l’on pratique habituellement, elle représente une cause de l’existence du modèle de Turing, en utilisant notamment une notion différente de programme, en posant une nouvelle loi de calculabilité informationnelle.

L’univers pourrait alors être considéré comme un "super-méta programme entropique" incitant à constituer, partout où il le peut, des organisations d’organisations de façon opportuniste. Mais cette notion de programme n’est pas celle de programme informatique, ce qui bouscule un peu l’ordre des choses, car elle contient en elle la notion d’autonomie et pose l’information comme fondamentale, structurelle et disponible partout et tout le temps, et donc pas comme du signal envoyés d’un émetteur à un récepteur qui sont a priori présents.

Cette force incitatrice à des intensités différentes selon les structures des éléments qu’elle soumet, selon leur entropie. Il n’y a pas la même information fournie à une particule qu’à un organisme vivant ni à un ensemble d’organismes. L’information donnée aux particules pour permettre de conduire leurs comportements physiques est directe, permettant simplement de suivre les lois de la physique, car il s’agit d’éléments ponctuels et l’information est alors elle-même élémentaire. L’information donnée à des organismes vivants est une incitation envoyée à l’organisation d’une structure complexe, changeante, ayant localement de l’autonomie. Ce sera une information disponible située au niveau de son organisation même, donc de sa complexité. Dans le cas des organismes vivants, cette information sera parfois incitatrice de bifurcations dans leurs reproductions, pour que se réalisent des différences évolutives selon l’état général courant, selon le contexte général, et aussi selon la possibilité des organismes à la suivre.

Il y a donc, ce qui est un caractère scientifique des systèmes organisés ayant de l’autonomie, une réelle liberté des éléments organisés à appréhender ou non cette information comme une tendance globale incitatrice. Disons que plus les organismes ont acquis de l’autonomie comportementale, moins ils sont soumis à cette force incitatrice et plus leur organisation peut ne pas en tenir compte. Et précisons que cette force informationnelle ne s’exerce pas directement sur la pensée des êtres humains, leur cerveau étant un organe localisé dans leur corporéité et générant des représentations des choses du monde en étant soumis à de nombreuses pulsions.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

POIUY 09/11/2015 16:10

J’essaye actuellement d’écrire un roman de science-fiction qui est tout à fait en résonance avec les thèmes que vous abordez dans cet article. Dans votre propos, vous promettez une suite fort intéressante à votre texte : « Nous préciserons dans un autre article les caractères de cette force qui pose l’existence d’un système générateur d’informations au-dessous du niveau des particules quantiques, qui explique l’intrication, qui fait exister toutes les particules selon leurs lois précises et qui immerge ainsi tout ce qui est réel et structuré dans l’univers. Cette force est fondée sur un calculable très particulier qui n’est pas du tout celui que l’on pratique habituellement, elle représente une cause de l’existence du modèle de Turing, en utilisant notamment une notion différente de programme, en posant une nouvelle loi de calculabilité informationnelle. » Il va sans dire que j’attends avec impatience cette suite.
Personnellement, je me pose un certain nombre de questions : si l’univers recèle une nappe informationnelle (sous-jacente) qui induit des transformations dans le plan physique qui nous est accessible (à trois/quatre dimensions), ces transformations concernent-elles uniquement le vivant, considéré comme vecteur d’une appropriation du plan matériel par la conscience (à moins que vous ne préfériez le terme « de méta information structurée ») ; dans ce cas la nappe informationnelle en question semble opérer en se condensant en des points précis de l’univers, où s’exerce une force gravitationnelle plus importante, je fais allusion évidemment aux systèmes solaires (jusqu’à présent, en l’état de nos connaissances, il semble évident que la vie ne puisse se développer que sur une planète tellurique dotée d’un certain nombre de conditions physiques compatibles avec l’apparition de structures biologiques) ; ces agrégats, s’ils existent, sont-ils assimilables à des cerveaux de Boltzmann ?
L’évolution du vivant semble procéder au moyen d’un phénomène de feed-back, les êtres vivants réintégrant de l’information de façon rétroactive en direction de l’entité psychique qui tient lieu de chef d’orchestre. Car, à mon humble avis, le système doit être régulé d’une façon ou d’une autre. Peut-on envisager que la mort individuelle des objets vivants lancés à la conquête du plan physique permet un transfert de cette information acquise en direction de l’entité psychique qui régule l’évolution. Ce qui induirait une forme d’apprentissage par essais et erreurs (http://www.persee.fr/doc/psy_0003-5033_1960_num_60_2_6892), permettant à l’entité psychique de mieux interagir avec le milieu matériel.
Lorsque vous affirmez : « [...] elle incite la matière à s’organiser selon les états de ses éléments pour y former des organismes dans l’espace physique de toute planète viable, en créant de nouvelles organisations vivantes, en les diversifiant pour submerger tout l’espace physique disponible où ces organismes partagent la même ligne d’univers (voir en relativité générale la définition d’une ligne d’univers). » peut-on établir un lien entre votre propos, et les théories de François Roddier (http://www.francois-roddier.fr/). Que se passe-t-il à votre avis lorsque la mission a été accomplie et que tout l’espace disponible a été « submergé » ?
L’évolution du vivant sur une planète tellurique possédant des conditions adéquates aboutit nécessairement, à mon avis, à l’apparition de civilisations. On peut imaginer que leur destin est soit de disparaître, soit de découvrir le moyen de s’étendre et de nouer des liens avec leurs voisines. Si dans le cadre de notre physique actuelle le voyage rapide en direction d’autres systèmes solaires semble impossible, il est évident que bien des choses restent à découvrir (j’éprouve personnellement une très grande sympathie à l’égard de ce savant tellement décrié qu’est Jean Pierre Petit et qui a modélisé un univers bimétrique grâce auquel il serait possible de réduire considérablement les durées de voyage entre deux points http://www.jp-petit.org/science/arxiv/publications_recentes.htm#17_12_14).
La lecture de votre article pourrait laisser supposer que vous êtes un partisan de « l’intelligent design ». Si ce n’est pas le cas, pourriez-vous élucider votre position. Cela, à mon avis, répondrait partiellement aux questionnements du lecteur Ronceray. L’existence d’un plan sous-jacent à l’univers matériel, considéré comme un plan informationnel actif, suppose une sortie du cadre traditionnel spatio-temporel ; cela suppose l’existence d’une méta structure de niveau supérieur au sein de laquelle existent d’autres dimensions organisant le réel. Cependant, il convient de raisonner dans un cadre agnostique, cette « force incitatrice » pas plus que l’existence d’une entité psychique locale (cerveau de Bolzmann / hypothèse Gaïa) ne devant réintroduire la notion de « Dieu » dans le système.
Je vous remercie à l’avance de vos réponses.

Ronceray 02/07/2015 19:25

J’ai trouvé beaucoup d’intérêt à votre article, notamment en termes de perspectives possibles.
J’ai cependant quelques interrogations. Vous utilisez 19 fois le terme ‘force incitatrice’ et ses dérivés. Mais quelle serait la nature ou l’essence de ce ‘sujet actif’, ontologique, méthodologique, mystérieux ? Dire qu’il est informationnel ou infra-quantique me semble insuffisant. D’autant que vous lui déniez un statut d’immanence. Ne faudrait-il pas poser au moins une description de ce que vous entendez par inciter, dans ce contexte, pour que vos intéressantes hypothèses ne reposent pas dans un vide épistémologique quelque peu frustrant ?
Il est cependant possible que je vous aie mal entendu, auquel cas vous pourriez combler mon ignorance.
Respectueusement, Ronceray

Articles Récents

Liens