Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre


Pourquoi ce blog ?

Cet ensemble de textes a été conçu à la demande de lecteurs de la revue en ligne Automates-Intelligents souhaitant disposer de quelques repères pour mieux appréhender le domaine de ce que l’on nomme de plus en plus souvent les "sciences de la complexité"... lire la suite

Recherche

4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 22:46

04 novembre 2014 | Par Jean-Paul Baquiast

Article de Tariq Ali et Allyson Pollock CounterPunch 10/10/2014. Adaptation après traduction

http://www.counterpunch.org/2014/10/10/the-origins-of-the-ebola-crisis/

Ceux qui se nourrissent de vents(s), particulièrement nombreux sur internet, s'en sont donné à coeur joie avec la question des origines de l'actuelle épidémie d'Ebola. Les Etats-Unis, sous toutes les formes d'intervention qu'ils ont adoptées depuis 15 ans de par le monde, y sont violemment dénoncés. Pour notre part, même si nous ne prêtons pas que des qualités aux interventions de l'Amérique, cette hystérie nous a paru d'une sorte de délire collectif, fréquent il est vrai lors des grandes crises. D'où le souci de ne pas faire écho aux articles concernés, afin de ne pas contribuer à les relancer.

Par contre, un article de CounterPunch, en date du 12 octobre, qui nous avait échappé, paraît mériter, malgré sa relative ancienneté, d'être signalé. Le point intéressant, hors le fond de l'article, qui confirme beaucoup de nos propos concernant l'épidémie, est qu'il s'agit de l'interview par un certain Tariq Ali, (auteur deThe Obama Syndrome ) de Allyson Pollock, professeure en matière de santé publique à la Queen Mary University de Londres. Ni l'une ni l'autre ne font montre de complaisance avec le système politico-financier qu'incarne désormais Obama, mais leurs critiques demeurent mesurées et raisonnables.

NB. Le résumé que nous donnons ici de l'interview s'est efforcé d'en conserver les grandes lignes, mais beaucoup de points n'ont pas été abordés. De plus, nous l'avons écrit à la lumière du point de vue que nous avions déjà sur la question. Il faut espérer cependant que les deux auteurs ne s'estimeraient pas trahis si ce papier leur tombait sous les yeux. Par ailleurs, des approfondissements et discussions complémentaires s'imposeraient. Nous en feront peut-être un article ultérieur.

Allyson Pollock reconnaît que l'épidémie Ebola est due à un virus dont les origines précises sont inconnues. Après quelques apparitions dans les décennies précédentes où il était entré en sommeil de lui-même, il a pu exploser dans les premiers pays atteints, Sierra Leone, Libéria et Guinée, du faitde leur état de grande pauvreté. Celle-ci se manifeste par l'effondrement de leurs infrastructures, notamment en matière de systèmes de santé, alors que les conflits internes et une urbanisation de la misère ont accru considérablement la contagiosité, non seulement d'Ebola mais aussi de nombreuses maladies mieux connues, mais qui ne sont pas mieux endiguées.

Allyson Pollock admet que l'OMS et avec lui l'opinion dans les pays riches avaient initialement pensé que le virus s'éliminerait de lui-même, comme lors des épidémies précédentes. Aussi ils n'ont pas dès les origines de la présente épidémie mobilisé les moyens massifs qui auraient pu la contenir. Obama s'est contenté d'envoyer, pour relancer l'influence américaine dans cette partie de l'Afrique, quelques effectifs de l'US Army sans compétences médicales particulières. Il a par ailleurs annoncé qu'il allait relancer la recherche de vaccins. Mais cela ne pouvait remédier en aucune sorte à l'absence de médecins, d'infirmiers, d'hôpitaux ou de simples lieux où isoler les malades. Quant aux vaccins, il aurait du savoir que leur mise au point et leur fabrication en quantités suffisantes ne seraient pas prises en charge par les industries pharmaceutiques, en l'absence de budgets substantiels venant de l'extérieur.

Pour Tarik Ali comme pour Allyson Pollock, le vrai responsable de l'épidémie actuelle est le système financier international, dont en matière de santé publique le principal objectif est de mettre en place des solutions privées, coûteuses, réservées à une étroite minorité de personnes favorisées. Pour que ce solutions puissent s'implanter, il faut démanteler les équipements publics, décourager les médecins en dépendant, enlever toute efficacité aux solutions associatives reposant sur le bénévolat. Cette politique profondément inégalitaire est poursuivie partout dans le monde. Mais dans les pays développés disposant d'un secteur public de santé important, elle ne peut que marginalement s'imposer. Ce ne fut pas le cas en Afrique, et ce depuis des décennies.

La catastrophe qui avec Ebola frappe les pays africains aurait été parfaitement prévisible par ceux qui auraient voulu voir. Elle était d'ailleurs en germe, au vue du développement d'autres maladies, clairement identifiées mais contre lesquelles les moyens nécessaires ne sont toujours pas mis en place: choléra notamment. L'Afrique n'est pas la seule à souffrir de cette désorganisation des systèmes de santé sous l'influence des milieux d'affaires. L'Inde, le Pakistan, le Sri Lanka en manifestent aussi les signes.

La responsabilité majeure des organisations internationales néolibérales

Celles-ci, FMI, Banque Mondiale, Banque africaine de développement, ont été indirectement les responsables de la destruction des systèmes de santé dépendant du secteur public. Depuis des années, elles ont orchestré l'éviction des petits exploitants agricoles traditionnels au profit de grands groupes hautement mécanisés produisant de l'huile de palme, du cacao, du caoutchouc, en vue de la vente sur les marchés spéculatifs. Les petits cultivateurs chassés de leurs terres se sont réfugiés dans d'immenses bidonvilles urbains, dont certains éléments, comme on a pu le voir grâce à divers reportages, sont directement implantés sur des montagnes d'ordure. La même spoliation a été organisée concernant les autres ressources naturelles, notamment minières, souvent très importantes, dont disposaient ces pays.

Quant à l'OMS, et à sa décharge de l'OMS, il faut bien voir qu'elle a été depuis plus de vingt ans privée de ses financements et donc de ses moyens de prévention et d'intervention. Dans le même temps, des ONG n'ayant rien de désintéressé, comme les Fondations de Bill et Melinda Gates ou de Warren Buffet, ont prétendu gérer les questions de santé en court-court-circuitant les institutions publiques et sans aucun contrôle démocratique de la part des gouvernements concernés. A supposer qu'elles décident de s'attaquer à l'épidémie d'Ebola en ignorant – volontairement - ses autres causes, évoquées ci-dessus, elles ne pourront offrir aucune solution de long terme, puisqu'elles s'opposeront souvent ouvertement aux solutions publiques ou coopératives qui seules permettrait de traiter le problème à la base. Or, en profondeur, au delà des médicaments et des vaccins, ce sont de mesures redistributives radicales dont ces pays auraient besoin, touchant, au delà de la santé, l'éducation, le logement, la formation des femmes et des jeunes.

Allyson Pollock ne prétend pas que les vaccins soient inutiles. Mais là encore, selon elle, l'approche reste profondément capitalistique et donc inégalitaire. Il faut citer à cet égard laGlobal Alliance for Vaccine Initiative, en association avec les géant GSK et Merck, qui ne cherche pas à développer des investissements internes, mais à solliciter des financements des gouvernements occidentaux, sans exclure a priori de breveter leurs propres découvertes. Mais comme produire des vaccins ne suffirait pas, sans l'effort gigantesque permettant de les diffuser en les accompagnant de toute l'infrastructure de santé évoquée ci-dessus, et aujourd'hui pratiquement inexistante, il ne faudra pas attendre de miracles des vaccins, à supposer que les recherches en cours aboutissent.

Il faut mentionner aussi le fait que les pays occidentaux, s'apitoyant sur les décès provoqués par Ebola, ne veulent pas constater que l'attrait de la médecine libérale destinée aux plus riches dépossède massivement l'Afrique de ses professionnels de santé. Ceux-ci choisissent de s'expatrier pour bénéficier de meilleures rémunérations et conditions de travail. Seul Cuba, refusant de s'inscrire dans les normes du libéralisme, a envoyé en Afrique des centaines de médecins et professionnels de santé, qui payent d'ailleurs aujourd'hui un lourd tribut à la maladie.

Le mauvais exemple des pays européens

Ceci dit, au delà de la situation des pays africains, révélée par le crise de l'Ebola, les pays européens ne devraient pas s'estimer non menacés par la privatisation des équipements et la fuite des médecins hors du secteur public. Il s'agit des conséquence d'un néolibéralisme dont l'Europe a pris très largement le chemin. L'exemple le plus éclatant de cette dégradation est fourni par la Grande Bretagne. Le Service National de Santé (NHS), mis en place à la fin de la seconde guerre mondiale, n'est plus désormais que l'ombre de ce qu'il était, à la suite des vagues de privatisation qui l'ont frappé. Il fonctionnait sur la base de l'impôt progressif sur le revenu. Les cotisations des assurés s'élevaient en fonction de leurs revenus.Or aujourd'hui les principales dépenses de santé sont prises en charge par des assurances privée, inaccessibles aux plus pauvres.

Si une épidémie comme Ebola réussissait à s'implanter en Grande Bretagne, ce serait comme en Afrique les populations les plus démunies qui en feraient les frais. Alors, il sera trop tard pour compter sur un Service National de Santé exsangue en vue de répondre aux besoins collectifs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ocelot 05/11/2014 14:02

Bon récapitulatif de la situation,il apparait en effet que cette épidémie est,encore une fois(!) une conséquence économique de la politique ultra-libérale.
Pour avoir lu votre livre "Pour un principe matérialiste fort",il apparait clairement que cet doctrine ultra-libérale apparait comme le "mème"contaminant de ce que l'on pourrait appeler le super-organisme antropo-technique.

Articles Récents

Liens